bit-lit·Chroniques

[Chronique #3] Les Aventures d’Aliette Renoir – T1 : La Secte d’Abaddon

Couverture : Les Aventures d'Aliette Renoir, Tome 1 : La Secte d'Abaddon

  • Auteur : Cécilia Correia
  • Editeur : J’ai lu Darklight
  • Sortie poche le 11/02/15, 378 pages, 6.90€
  • Thème : Paris, Fantastique, Vampires, Humour
  • 4ème de couverture : «En arrivant à Paname, les Allemands s’étaient rendu compte qu’une menace plus dangereuse qu’eux sévissait déjà. Alors, en accord avec leurs autorités, ils laissèrent ma famille, les Renoir, continuer leurs petites affaires. Je vais vous dire : cela aurait été plus simple si j’avais dû zigouiller des rongeurs et encore… j’en avais horreur. Bon, je ne vais pas vous mentir plus longtemps, je déteste toutes les bestioles, qu’importe l’espèce animale. Sauf que la plus terrible de toutes, celle que je traquais chaque nuit demeurait mon pire cauchemar. Mais voilà, l’honneur de la famille restait ma priorité. Si bien que même si j’avais le trouillomètre à zéro, je devais quand même braver mes peurs en affrontant mon ennemi juré : le vampire.»

Mon avis : Paris 1940, l’Allemagne occupe la capitale. Une célèbre famille chasse des ennemis plus coriaces que les SS, des vampires. D’accord, sauf que la petite dernière de ladite famille n’est pas vraiment douée pour cette tâche. C’est qu’elle a peur de toute cette petite Aliette, et en particulier des vampires, elle qui est traumatisée depuis le meurtre de sa mère, par le « roi » des vampires Abaddon. Elle reste cependant avide de vengeance. Elle est transformée en vampire dans les premières pages par un sexy américain, Lawrence qui l’initie au monde vampirique, qui vit sereinement dans les sous-sols parisiens. Elle est très rapidement remarquée par Sytry, frère du roi et ambassadeur, qui se charge des nouveau-nés et de leur « acte de non-mort ». Ils sont ensuite directement plongés dans les méandres de la secte d’Abaddon. Lui qui se croit fils de Satan, où elle va devoir jongler entre les accusations de meurtre, ses envies de vengeance, la réaction de sa famille et la recherche d’un artéfact. Sacré programme.

Ce livre a été un petit coup de cœur, j’ai ri à chaque page, et c’est particulièrement rare. J’avoue être bon public et rarement insatisfaite de mes lectures. Premièrement, c’est une auteure française, dans un environnement parisien. Je me fais un devoir de promouvoir nos auteurs. L’univers parisien est toujours agréable, j’ai pu me repérer et savoir où les personnages se dirigeaient. Oui, je sais, ce n’est pas grand-chose, mais qui n’a jamais râlé quand l’action se passe à Melbourne ou n’importe où dans des coins perdus d’Amérique et qu’on ne puisse pas se repérer ? Bon, certes ce n’est pas grand-chose, mais j’aime bien. Un château sous Père-Lachaise ? Des rituels pseudo sataniques, des vampires démoniaques et des Allemands qui frayent avec les loups-garous… L’histoire se termine en enquête policière. Qui l’eu cru ? Avec une héroïne aussi froussarde.

Ensuite, les personnages, attachiants. Oui, attachiants ! Aliette a un humour génial, mais on a parfois envie de lui donner des claques. Ses phobies par exemple, elle a des millions de phobies, qui l’a fait sursauter au moindre bruit, mais elle est capable de coucher avec un vampire (sa première fois) en quelques jours, alors qu’il est responsable de sa transformation en ce qu’elle hait le plus au monde ? En même temps, son créateur est sympathiquement agréable. Il est gentil, doux et tendre, le genre d’homme que n’importe quelle femme voudrait. Mouis… Sauf que je préfère les mauvais garçons, et donc Sytryyyyyyy !!!! Mon coup de cœur, il est arrogant, imbu de sa personne, narcissique et tyrannique, il a tout pour faire le sale type de base. Et c’est ce qu’il est. Mais sous ses grands airs de prince, se cache un homme qui veut se repentir à tout prix de ses erreurs passées voire même de sa condition vampirique (ou démoniaque ?) en se rachetant auprès de Dieu. Ce que ne comprend pas Abaddon. Cela crée une animosité entre les deux frères qui est perceptible dès le début du roman.

En résumé : Un roman dont je conseille la lecture, c’est un style un peu particulier (pas dans le mauvais sens) qui pourrait ne pas plaire à tout le monde. À titre personnel, j’ai adoré. C’est rafraîchissant, léger et agréable. Petit clin d’œil : pour ceux qui comme moi connaissent et aiment l’univers de Sophie Jomain et sa série Felicity Atcock, on a le plaisir de croiser Stan ! (Oui, j’ai poussé un hurlement, qu’un de mes voisins a entendu d’ailleurs, quand je l’ai reconnu !!). J’ai hâte de lire la suite, les personnages ont vraiment du potentiel, j’espère qu’ils seront approfondis dans le second tome.

Note : 15/20

Les points positifs : l’humour, les personnages, Paris

Les points négatifs : certaines longueurs parfois, et le manque de profondeur de certains personnages.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s