La littérature, une passion, une expérience de longue date.

Coucou tout le monde.

Je vous écris aujourd’hui ce petit papier pour vous parler de littérature. Non, sans blague ? Comme si ce n’était pas un sujet que j’abordais déjà fréquemment et qui me tenait à cœur. Maintenant, vous me connaissez suffisamment pour savoir qu’il s’agit là, d’un de mes sujets préférés. Aujourd’hui, avec la reprise des cours, je prends petit à petit conscience que je vais avoir de moins en moins de temps pour vous écrire mes petits articles, alors j’en profite, j’ai quelques minutes devant moi !

Il y a quelques jours, avec ma maman, nous nous rappelions de mon instituteur en classe de CM1-CM2, un homme génial, généreux, pédagogue, un maître comme l’on rêve d’avoir, et j’ai eu de la chance de l’avoir deux ans de suite. Par pure curiosité, je tape son nom sur mon moteur de recherche pour voir s’il habite toujours village à côté de chez moi. Oui, c’est un peu idiot, mais dans ma curiosité, étant donné qu’il s’est passé près de quinze ans depuis cette période et qu’il n’était déjà plus tout jeune à l’époque, je me demandais simplement s’il était toujours vivant. Curiosité morbide quand tu nous tiens ! Quelle ne fut pas ma surprise lorsque j’ai appris que non seulement il était toujours vivant, qu’il habitait toujours dans ce petit village à côté de chez moi, mais qu’il était aussi devenu écrivain. Oui, oui, cet homme que j’ai admiré de nombreuses années, et qui est pour beaucoup dans mon gout prononcé pour l’apprentissage est devenu ce que je rêve le plus de devenir. Son roman est sorti l’année dernière, il s’agit d’un polar : Alicia n’est pas rentrée. Un roman salué par la chronique. (Je vous mets un lien vers la page Booknode).

Continuons dans la série, mes profs sont des écrivains : qui ne connait pas aujourd’hui Anna Gavalda ? L’échappée Belle ou encore Ensemble c’est tout sont des romans qui ont beaucoup fait parler d’eux. Et bien cette dame, a été pendant très longtemps professeur de français dans un collège privé catholique de Seine-et-Marne. Oui, bon, c’était dans mon collège. Mais, qu’elle ne fut pas ma déception lorsque, alors qu’il était prévu qu’elle soit mon professeur en troisième, nous la classe de latinistes, elle décida de partir pour une année sabbatique afin d’écrire son roman. Bon, je n’ai pas perdu au change, j’ai eu un professeur qui m’a fait découvrir des auteurs comme Fred Vargas dont j’ai dévoré les romans ensuite.

Je dis très souvent que chez moi, la littérature est une passion qui se transmet de génération en génération. Il doit y avoir plus de livres dans mon appartement que n’importe quoi d’autre ! Entre mon père et sa passion pour la SF et beaucoup d’autres choses, ma mère et ses romances historiques, mon frère qui chez lui possède une collection de BD à faire pâlir les collectionneurs et moi-même, petite dernière et mon fantastique (entre autres). Certes, je baigne dedans depuis toujours, mais j’ai aussi eu la chance de tomber sur des professeurs qui ont su me transmettre et faire perdurer cette passion. Mais aussi sur des amis qui comprenaient et partageaient cette passion. Ils sont rares les jeunes d’une dizaine d’années qui préfère lire un Harry Potter ou les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, plutôt que de rester devant la télé.

Il faut que je remercie tous ceux qui ont contribué à faire de moi ce que je suis aujourd’hui. Certes, je préfère les mondes imaginaires à la réalité, je me complais dans des rêves qui ne verront jamais le jour, je me perds souvent entre rêve et réalité. Néanmoins, je suis fière de faire partie des 25 % de grands lecteurs français. N’est-ce pas malheureux ? Aujourd’hui, rares sont ceux qui lisent, parfois cela devient même tabous ou sujet de moqueries, en particulier durant la scolarité. Passer pour un extra-terrestre parce que l’on aime lire, n’est-ce pas un comble ? D’ailleurs, ce n’est pas pour cela que l’on ressemble à des intellos boutonneux à lunettes incapables de toute interaction sociale. Pourquoi la lecture devrait-elle être considérée aujourd’hui comme étant réservée à une certaine élite intellectuelle ? C’est complètement stupide. Mais contrairement à ce que veut nous faire croire le gouvernement, la culture n’est pas gratuite. Un roman, c’est un minimum de 7 € et encore, je suis gentille. Tout le monde n’a pas les moyens de payer cette somme à de nombreuses reprises, même si la somme parait bien maigre, au bout du compte cela fait une sacrée somme. Enfin, en contrepartie, certains sont prêts à mettre 70 € dans un jeu (et moi la première), chacun sa priorité : certains diront que la création du jeu représente des heures de travail. Mais un roman, ce n’est pas somme toute la même chose. À la différence que l’écrivain travaille seul avec son esprit, et qu’ils sont plusieurs pour la création d’un jeu. Alors, pourquoi ne rémunère-t-on pas l’écrivain en conséquence des heures de travail ? Cela ferait des livres bien plus chers, donc encore moins accessible à la « masse »… C’est un cercle vicieux.

Tout ça pour dire, parce que je me suis un peu enflammée dans l’écriture de ce roman, que la littérature est une grande passion et un art, que l’on doit à tout prix sauvegarder et encourager. N’êtes-vous pas d’accord avec cela ?

Je vous embrasse. Rose ❤

Publicités

2 réflexions sur “La littérature, une passion, une expérience de longue date.

  1. Il ne te reste plus qu’à nous faire une super chronique de Alicia n’est pas rentrée et la partager avec ton maître pour le remercier ;)….on a pas besoin d’être écrivain pour donner envie de lire, mais j’avoue que j’aimerais bien connaître quelques ficelles (pour mon boulot….rassure toi je ne suis pas instit :D)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s