Beauté·culturons nous !·Lifestyle

Le tatouage, un rêve, une grande réflexion !

Une grande mode, c’est vrai. Aujourd’hui, c’est devenu presque un incontournable chez la jeune génération. Ça a pris une telle proportion que les patrons n’ont plus le droit de refuser que leurs travailleurs soient tatoués, au risque d’être poursuivi pour discrimination. Oui, oui, vous avez bien lu, le tatouage est considéré comme une partie intégrante de nous-mêmes, et, il est bien connu que l’on ne peut refuser quelqu’un appartement à une minorité ethnique ou ayant une particularité physique. Le tatouage est au même type que des taches de rousseurs, une particularité physique.

Enfin, je ne suis pas là pour débattre de la position du tatouage dans la société actuelle. Non, je vais vous parler de moi (bah oui, encore), de ma passion, de ma relation particulière pour le tatouage, pour ce qu’il représente, ce qu’il est. Et surtout de mes envies en la matière. Parce qu’il y en a un certain nombre.

Bien, pour faire court, je ne suis pas tatouée. Même si j’en rêve depuis des années. Parlez-en à ma mère, elle vous répondra quelque chose comme « tu fais ce que tu veux ma fille, mais ne comptes pas sur moi pour le financer ». Enfin, ça, c’est le discours actuel. Avant cela, il a fallu que je bataille pour faire accepter cela, et ceux depuis de très nombreuses années. À vrai dire, j’ai toujours eu le droit aux questions du genre : et « s’il ne te plait plus ? » ou encore « quand tu auras vieillit ? ». Ce genre de question que l’on a tous dû entendre un jour, en somme. Mais si réellement le tatouage a une signification, ça ne se pose même pas.

Aujourd’hui, majeure, je prends mes propres décisions… Mais, je suis incapable d’économiser, donc pas de tatouage ! Cela étant, ça me laisse largement le temps de réfléchir aux dessins !

Je suis de ceux qui estiment qu’un tatouage est une partie de nous-mêmes, qu’il doit raconter notre histoire, notre parcours. Avoir une véritable signification. Je ne peux pas imaginer avoir quelque chose de purement esthétique ou répondant à une mode quelconque, ça n’aurait pas lieu d’être et je m’en lasserais rapidement. En un sens, ce n’est pas plus mal d’avoir du temps pour y réfléchir. Mais plus ça passe, et plus j’ai d’idées, plus je suis perdue. J’ai mes idées depuis des années certes, mais comment les dessiner, où les placer. Ce genre de questions, toutes plus importantes les unes que les autres…

Aujourd’hui, c’est une envie qui devient de plus en plus forte. J’arrive à un moment de ma vie où, j’ai besoin de montrer certaines des choses qui m’ont marqué ou touché. J’estime que, parfois, cette « souffrance » —parce qu’il faut être honnête, passer sous la main d’un tatoueur n’est pas la chose la plus agréable au monde — est un moment important, permets de passer outre certaines blessures, entre autres choses.

Bien sûr, être entourée pratiquement que par des personnes tatouées, dans les milieux artistiques, des musiciens, etc. N’aide pas forcément à calmer mes ardeurs. Bien au contraire, à chaque fois que j’en vois un revenir avec un nouveau, je bous intérieurement. « Mais moi aussi, je veuuuux !!! »

J’ai donc plusieurs idées, tirées de mes passions et de mes expériences

  • Un phœnix, surement sur l’un de mes omoplates, mais j’hésite encore sur le tracé des ailes.
  • La lune et le soleil à l’intérieur des poignets. Avec surement un style celtique : je suis bretonne et les astres ont toujours eu une place importante dans ma vie, en particulier la lune, la nuit, et tout cet univers sombre.
  • Il y aura très certainement une fleur de lys sur ma cheville, j’adore cette fleur et toutes ses significations.
  • Et une phrase, j’hésite encore sur l’emplacement.

 

Comme vous pouvez le remarquer, j’aime les dessins épurés et les lignes plutôt nettes. Je ne pense pas utiliser de couleurs, mais rester sur du noir et blanc ?

Tout ça pour quoi ? Parce que j’ai parlé de plein de choses, sans réellement structurer mon article, tout est venu au fil de la plume. Je voulais vous écrire ce petit message parce que c’est important pour moi de me dévoiler un peu. Ce n’est pas grand-chose, un tatouage, après tout. Vous parler de mes envies de tatouages, c’est comme dire qu’hier j’ai mangé une pomme, j’en ai conscience. Mais c’est un acte qui dévoile aussi beaucoup sur qui je suis, rien que les dessins sont significatifs.

Enfin, voilà, j’espère vous faire un article le jour où je me ferai tatouer pour vous montrer fièrement les dessins ! Et j’espère que ce jour viendra très rapidement.

Et vous alors, vous avez des tatouages, des envies, vous êtes contre ? Dites-moi, votre avis m’intéresse !

[Édit au 5 février 2017]

img_20170202_175418_048.jpgIl s’est passé un certain temps depuis l’écriture de ce post, assez pour que je puisse enfin sauter le pas fatidique.

Eh oui, ça y est, depuis presque trois jours je suis tatouée.  Un tatouage qui pour moi possède une signification toute particulière.

J’avoue, tout ça s’est fait sur un coup de tête. Je suis allée voir le tatoueur de ma meilleure amie, et hop une semaine plus tard j’avais un rendez-vous.

Nous sommes arrivées jeudi, comme des fleurs, j’avais la peur de ma vie. Bon toujours est-il qu’après un moment de solitude affreux lorsque je me suis rendu compte que je connaissais mon tatoueur d’une soirée deux ans auparavant, on s’est tous mis à déblatérer un nombre de bêtises phénoménales durant deux heures, me voilà complètement shootée aux endorphines avec un joli dessin à vie sur mon bras.

S’en sont suivies les habituelles questions… Est-ce que je n’ai pas fait de bêtises ? Est-ce que je ne vais pas le regretter ? Est-ce que je ne vais pas m’en lasser ? Est-ce qu’il n’est pas trop gros ?

Et puis, il y a toujours la peur du jugement des autres, trouver un boulot, être stigmatisée, trouver une manière de s’habiller qui corresponde à la nouvelle image que l’on a de nous… Parce que ça change quand même la perception que l’on a de soi même.

La grand-mère d’un ami disait souvent : « on n’est pas un homme/femme tant que l’on n’a pas 18 ans et que l’on n’est pas tatoué ». On dit bien que (tout aspect masochiste mis de côté) c’est la souffrance qui nous fait grandir. Est-ce que cela signifie que je suis quelqu’un d’autre maintenant ? Je n’ai pas l’impression d’avoir changé, pourtant, ne serait-ce que physiquement, je me sens différente. Et je pense que tant que je ne me serais pas habituée à cette nouvelle petite chose sur mon bras, je ne parviendrais pas à mettre le doigt sur cette sensation…

Bien, pour finir, il faut d’ores et déjà savoir que je n’ai pas l’intention de m’arrêter en si bon chemin. J’ai déjà plusieurs projets en tête, il ne me reste plus qu’à trouver l’argent pour le faire ! Et ça, c’est une autre paire de manches !

Des Bisous,

Rose.

Publicités

13 commentaires sur “Le tatouage, un rêve, une grande réflexion !

  1. J’ai 36 ans, bientôt 37 et je me suis lancée il y a 1an et demi. J’ai fait mon premier tatouage (6h de travail) et j’ai aimé. J’en ai refait un en juin dernier et le prochain est programmé en décembre. J’en avais envie depuis des années. Mais maintenant, je me suis dit « merde,c’est ta vie, ton corps. Ne regrettes rien ». J’ai pris le temps de trouver le bon tatoueur. Je lui ai dit ce que je voulais. Il a fait des croquis, on les a modifié ou pas. Mais l’important c’est que je suis contente du résultat.

    J'aime

  2. Hello, je comprends totalement ton envie de tatoo. J’ai 22 ans, et j’ai fais mon premier tatouage en octobre l’année dernière, cela faisait environ 5 ans que j’avais l’idée en tête et que le dessin me tenait à coeur. Quand je me suis enfin décidée, j’étais vraiment sûre de moi, et après avoir discuté avec la tatoueuse, qui m’a confirmée mes choix, j’y suis passé. Ca ne m’a pas tellement fait mal, disons que la douleur était acceptable, et puis ça a été assez rapide, une demie heure, je pense. Étant aussi bretonne, je comprends ton rapport avec les symboles, je pense donc que si je te parle de Triquetra, et de sa signification symbolique, tu comprendras pourquoi je l’ai fais, enfin tu auras une idée, parce que l’on ne se connaît pas donc pas possible de voir le lien ^^ Enfin bref, lance toi, personnellement, j’ai RDV vendredi pour voir avec mon tatoueur le dessin de mon prochain tatoo, dont une partie est en commun avec ma soeur. J’espère le faire pour Janvier 😉

    J'aime

    1. Je comprends tout à fait, j’ai longtemps voulu me faire un triskel 😉 je l’intègrerai surement dans l’un de mes tatouages 😀
      Oh un petit tatouage alors, une demi-heure c’est tenable. Ce que j’aime vraiment chez les tatoueurs se sont leur talent, je veux dire, oui, il faut qu’ils soient doués dans leur métier, mais ils ont vraiment un don pour rendre nos idées sur le papier et je trouve cela particulièrement impressionnant !
      J’attends ma première paye (donc pour cela il faut que j’ai un emploi ^^) pour le financer je pense ^^

      J'aime

  3. Fleur de lys meuf 😉 on se la fera ensemble celle-là 😉
    Et la sensation que tu as elle est tout à fait normal. C’est le passage entre le toi d’avant et le toi de maintenant avec ton tatouage. Car je sais que le tatouage représente la même chose pour toi que pour moi. Il faut que ton esprit s’habitue à ton nouveau « corps ». C’est un renouveau. Il faut que la chenille s’habitue à ses nouvelles ailes ! Mais tu verras, ça vient très vite 😉 et tu auras l’impression de reprendre le contrôle de ton corps et de renaître 😉
    Prends ton mal en patience, profites bien de ta nouvelle oeuvre d’art avant de t’envoler mon petit papillon ❤

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s