Expositions·In my life !

[Expo #6] Warhol Unlimited au musée d’Art Moderne de Paris

0755b9eb31a96d47e70884125149044b-520x761

Quand on parle d’Andy Warhol, on voit les toiles sérigraphiées de Marilyn Monroe, les autoportraits de l’artistes les plus loufoques les uns que les autres, mais aussi les couleurs vives du pop art. La rétrospective nous retrace aussi la vie de l’artiste dans toute sa grandeur et sa décadence. Des films, des sérigraphies aussi célèbres que controversées. Warhol est un artiste connu pour aimer bouleverser les cadres de l’art de son époque, aujourd’hui, il nous le prouve encore. Je vous l’ai déjà dit précédemment, je ne suis pas très réceptive à l’art contemporain, je ne pas sensible aux messages des artistes, ou du moins, je n’arrive pas à les comprendre, cependant, je suis allée à cette expo avec un ami qui lui comprend et se donne la peine de nous expliquer. Bizarrement, les œuvres prennent tout un autre sens.

D’après le Musée d’Art Moderne :

A l’occasion de la première présentation en Europe des Shadows (1978-79) dans leur totalité, le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris consacre une exposition exceptionnelle à Andy Warhol (1928-1987).
Avec plus de 200 oeuvres, elle met en valeur la dimension sérielle de l’oeuvre de Warhol, aspect incontournable de son travail, et sa capacité à repenser les principes de l’exposition.

« Vous allez au musée et ils disent que c’est de l’art et des petits carrés sont accrochés au mur. Mais tout est de l’art et rien n’est de l’art » Andy Warhol.

Voilà une citation qui résume à merveille toute l’exposition. Qu’est-ce qui est de l’art, qu’est-ce n’en est pas ? Doit-on voir un message dans chacune des oeuvres, ou simplement la même oeuvre sérigraphiée, sortie en différentes couleurs et « barbouillées » après à la peinture. Au fils des salles et de l’oeuvre de Warhol, on admire l’évolution de son travail, peut-être aussi sa descente en enfer ? Qui sait?

andy20warhol-cow-1966
Cow, Andy Warhol, 1966

J’ai pu admirer certaines de ses oeuvres et j’en suis ressortie perplexe et en même temps souffler par cette volonté de l’artiste de bousculer nos habitudes artistiques de la manière la plus brutale qu’il soit. Il prend nos convictions et les jette de façon déroutante et sans aucun scrupule pour nous offrir cette sérigraphie sur la Chaise Electrique, la Vache ou encore des études sur Jackie Kennedy. Autant d’oeuvres que l’on connait, ou pas d’ailleurs, mais sur lesquelles l’on ne se serait jamais autant poser de questions qu’aujourd’hui.

« Je ne crois pas que l’art devrait être réservé à une élite, je pense qu’il devrait être destiné à la masse des américains et généralement ils acceptent l’art, de toute façon » Andy Warhol

J’ai eu la chance encore une fois de faire cette expo avec deux amis en histoire de l’art comme moi. L’un est un fervent admirateur de l’art contemporain, et l’autre, comme moi, beaucoup plus perplexe. Ce qu’il y a de bien, c’est que l’on peut discuter librement des raisons qui nous poussent ou non à apprécier l’art contemporain. La raison est pour moi toute trouvée : est-on ou non capable de lire le message que veut nous faire passer l’artiste ? Et, c’est dans cette optique-là que j’ai décidé de voir l’exposition Warhol. Est-ce que je vois une chaise électrique et plein de couleurs où la satire d’un monde où la peine de mort à encore lieu. Est-ce que je vois un portrait de Mao Tsé-Toung un peu barbouillé où la lutte contre un dictateur communiste qui impose son image ?

warhol_flower_6
Flowers, Andy Warhol, 1964

A ce moment là, on voit ses oeuvres d’un regard totalement différent. Ses films, comme des portraits d’un réalisme frappant, les sérigraphies comme un message poignant, ses boites et conserves comme une dénonciation contre les maux de la société, le tout dans un esprit de masse qui nous étouffe presque. Et cette réflexion nous pousse bien rapidement à reconsidérer l’oeuvre du roi du Pop Art comme un art dénonciateur et beaucoup plus engagé qu’il ne le laissait lui-même croire, il y a 40 ans.

« Ils sont vraiment cinglés. Ils ne croient pas en la créativité. Leur seule image est celle de Mao Tsé-Toung. C’est formidable. On dirait une sérigraphie » Andy Warhol

En résumé : J’ai aimé me poser des questions dans cette exposition, j’ai aimé regarder ces oeuvres que je connaissais parfaitement avec un oeil nouveau et plus critique, et j’ai surtout aimé qu’on me permette de le faire. L’exposition est très bien faite et les cartels parfaitement placés et très bien écrits. Je ne dirai toujours pas que mon image de l’art contemporain a changé, mais j’apprends au fil du temps à en comprendre les subtilités. Et ça va me prendre encore un certain temps. C’est une exposition que je vous conseille, si vous avez envie de bousculer un peu vos convictions artistiques.

Informations pratiques : L’exposition se tient au Musée d’Art Moderne de Paris, elle est ouverte du 2 octobre 2015 au 7 février 2016. Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h et en nocturne, le jeudi, jusqu’à 22h.

Tarif : 12€ en plein tarif et 8€ en tarif réduit.

« Je pensais vraiment, vraiment en avoir terminé, alors pour marquer la fin de ma carrière j’ai fais des coussins argentés que l’on pouvait gonfler et laisser s’envoler. […] Mais en fin de compte, les Coussins argentés cosmiques ne se sont pas évaporés, et ma carrière non plus » Andy Warhol

nyca7ezawiadkjtjwl4gpp1ehk0
Marilyn, Andy Warhol, 1967

Publicités

2 commentaires sur “[Expo #6] Warhol Unlimited au musée d’Art Moderne de Paris

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s