Chroniques·Lectures·Policier/Thriller

[Chronique #31] Ceux Qui Vont Mourir Te Saluent

ceux-qui-vont-mourir-te-saluent-536120-250-400

  • Auteur : Fred Vargas
  • Edition : J’ai Lu
  • Sortie 1994 (2005 pour la présente édition, 200 pages, 5.70€
  • Thèmes : policier, Rome, Empereurs
  • 4ème de couverture : « A priori, tous les dessins de Michel-Ange ont été répertoriés. Et lorsque l’un d’eux fait une apparition discrète sur le marché, il y a tout lieu de supposer qu’il a été volé. Le plus incroyable, c’est que celui qui est proposé à Henri Valhubert, célèbre expert parisien, provient probablement du Vatican ! Qui se risquerait à subtiliser les trésors des, archives papales ? L’affaire se complique lorsque Valhubert est assassiné, un soir de fête, devant le palais Farnèse. Instantanément, les soupçons se portent sur le fils de la victime. Ce dernier fait partie d’un curieux triumvirat d’étudiants, aux surnoms d’empereurs : Claude, Néron et Tibère. En résidence à Rome depuis plusieurs années, tous trois entretiennent des liens singuliers avec la veuve de Valhubert. Une femme au charme envoûtant…»

Mon avis : je suis une inconditionnelle de Fred Vargas depuis que ma prof de français de troisième, peu conventionnelle, nous a préféré Debout les Morts à un quelconque Zola. Avec ce roman, j’ai découvert un univers que m’a tout de suite plu, et j’ai d’ailleurs dévoré un bon nombre des romans qu’elle a écrit jusque-là. J’avoue que je n’avais pas vraiment prévu de lire de policier pur et dur ce mois-ci mais, une de mes amies est tombée folle amoureuse de ce roman et a voulu que je le lise pour que l’on puisse en parler toutes les deux. Qui suis-je pour lui refuser une telle chose ? Je lui ai donc emprunté son roman et lu en une journée les deux cents pages qu’il compte. Un roman se déroulant à Rome avec des étudiants, des Michel-Ange volés et une bibliothèque dans laquelle je rêve de pouvoir pénétrer ! Quoi de mieux ?

Les trois empereurs Tibère, Néron et Claude sont des étudiants français vivant à Rome. Ils sont inséparables, unis par un lien qui séduit autant qu’il déroute. Le père de Claude, un expert d’art parisien, est tué sur la place du Palais Farnèse, empoisonné par de la ciguë comme les grands empereurs romains. Pour étouffer l’affaire, on fait appel à un expert, Richard Valence, qui va devoir déterrer le vrai du faux. Une enquête qui pourrait bien lui faire perdre sa célèbre force. Il se peut qu’il soit touché par les empereurs, beaucoup plus qu’il n’aurait bien voulu. 

arabesque

C’est un roman très court et pourtant complexe et plein de rebondissements que nous offre Fred Vargas. J’ai rapidement été séduite par l’univers réaliste, je rêve d’aller à Rome depuis des années, alors arpenter les rues et des dédales de la bibliothèque Vaticane m’a beaucoup plu !

Ce roman est composé de plusieurs intrigues en une seule, si on enquête bien sur le meurtre d’Henri Valhubert, ce n’est pas moins, une petite chasse à l’homme qui se déroule à Rome. Une chasse à l’homme qui va déterrer les plus sombres secrets de chacun des personnages. Entre la vie de la Veuve, celle des trois Empereurs, beaucoup de choses cachés vont faire surface, le tout pour protéger un autre secret.

L’intrigue se construit plutôt rapidement et on imbrique petit à petit des détails semés aux vents par l’auteur. C’est d’ailleurs cette facilité qu’elle a de nous surprendre à chaque moment qui fait d’elle une auteur incroyable. On se doute, on se pose des questions, on peste, mais au final, on est toujours surpris par ce que l’on peut découvrir. On pense que l’on arrive au bout de l’enquête, que le meurtrier est enfin appréhendé et PAF ! un nouvel élément, une nouvelle découverte, un nouveau meurtre et tout s’écroule, on doit recommencer à nouveau.

Pour ma part, même si j’ai passé un très bon moment de lecture, ce n’est pas le meilleur de ses romans. J’ai un très très gros coup de coeur pour le Commissaire Adamsberg, je pense qu’aucun des personnages qu’elle pourra créer n’égalera la profondeur de notre cher commissaire !

arabesque
Venons-en aux personnages, un des nombreux talents de Fred Vargas et de nous offrir des personnages toujours incroyables et haut-en-couleurs avec des personnalités qui en valent réellement la peine ! C’est le cas ici aussi !
Commençons pas les trois empereurs. Ils sont aussi proches qu’ils sont différents. Ils sont une masse indéfectible et fascinante. Honnêtement, décrire le lien qui les uni est assez compliqué tant qu’on ne l’a pas réellement vécu soit même. Tibère est le plus sage, le plus réfléchis des trois, protecteur et acharné. Il est aussi celui auquel il est le plus facile de s’attacher, non seulement par que ces actions sont touchantes mais aussi dans sa sensibilité et son intelligence. Néron est irrévérencieux, provocateur, complètement loufoque et j’ai adoré : cette intelligence détaché, cette nonchalance affichée et son absurdité. Claude est effacé, torturé, jaloux et aveugle. Malheureusement, c’est tout ce que l’on peut réellement dire de lui, car, il n’est pas réellement présent dans le roman sauf en fils effondré et coureur de filles.

Richard Valence est un juriste expert dans le genre de situation que la mort d’un expert en art et frère de ministre provoque. Il est engagé de force afin de taire le scandale à venir. C’est un homme droit et qui sait ce qu’il veut. Il ne se laisse atteindre par rien, tel un roc. Or, et malgré le conflit d’intérêt (il est l’ancien amant de la veuve Laura Valhubert, une femme fascinante qui à l’air de mettre tous les hommes dans sa poche), il va se trouver au coeur de cette enquête, et cette fois, le sort de cette famille, le touchera bien plus que ce qu’il voudrait lui-même l’avouer. On voit sa force décliner au fur et à mesure que l’enquête avance.
Monseigneur Lorenzo Vitelli est un autre pivot de l’intrigue. Il est le protecteur des garçons et l’intermédiaire entre Valence et la Vaticane. Il fait office de figure paternelle très forte. Celui en qui on peut avoir une totale confiance.
arabesque
Ces dialogues
! Incroyables, pleins d’humour et tellement absurdes ! Si vous souhaitez comprendre l’intrigue, ce n’est clairement pas grâce aux dialogues que vous y parviendrez. Cependant, ces dialogues sont une part entière de ce roman. Fred Vargas possède ce don de créer des histoires incroyables, surprenantes, prenantes et indescriptibles qui nous laisse sans voix à la fin de l’intrigue. Et ce, grâce à sa plume sûr et fluide ! Un vrai régal !
arabesque
En résumé : un roman qui se lit très rapidement et qui nous prend aux tripes. On s’attache très rapidement aux personnages un peu loufoques mais touchants, et on se prend à chercher qui est le coupable aussi ardemment que s’il s’agissait du meurtre de l’un de nos proches. J’ai donc passé un très bon moment bien que rapide ! Bien tout ce schmilblick m’a donné envie de relire Fred Vargas !

4 étoiles Très bon


Les Points Positifs : 

  • Des personnages touchants

Les Points Négatifs : 

  • La rapidité de l’intrigue

 

Publicités

5 commentaires sur “[Chronique #31] Ceux Qui Vont Mourir Te Saluent

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s