Chroniques·Fantastique·Lectures·Steampunk

[Chronique #41] Sous le Protectorat de l’Ombrelle, Une aventure d’Alexia Tarabotti, tome 2 – Sans Forme

le-protectorat-de-l-ombrelle-une-aventure-d-alexia-tarabotti-tome-2-sans-forme-3781662

  • Auteur : Gail Carriger
  • Edition : Le Livre de Poche / Orbit
  • Sortie poche le 10 avril 2013, 7.10 €, 445 pages
  • Thèmes : Loups-garou, vampires, sans âme, steampunk, Ecosse, Humour
  • 4ème de couverture : «Un jour qu’elle se réveille de sa sieste, s’attendant à trouver son époux gentiment endormi à ses côtés comme tout loup-garou qui se respecte, Alexia le découvre hurlant à s’en faire exploser les poumons. Puis il disparaît sans explication… la laissant seule aux prises avec un régiment de soldats non humains, une pléthore de fantômes exorcisés et une reine Victoria qui n’est point amusée du tout.
    Mais Alexia est toujours armée de sa fidèle ombrelle et des dernières tendances de la mode, sans oublier un arsenal de civilités cinglantes. Et même quand ses investigations pour retrouver son incontrôlable mari la conduisent en Ecosse, le repaire des gilets les plus laids du monde, elle est prête ! »

Mon avis : Aujourd’hui je vous retrouve avec un nouveau roman de Steampunk, un style bien particulier que je commence à apprécier de plus en plus à mesure où je lis des romans. Ce que j’aime ? Ambiance victorienne, les découvertes scientifiques, les personnages tirés de la mythologie fantastique. J’ai encore une fois pris beaucoup de plaisir à lire ce roman. Dans ce roman, l’auteur approfondie son étude des loups-garou, toujours avec sa petite touche So British, son humour décadent et son style à la pointe de la mode !

Alexia Tarabotti est désormais Lady Alexia Maccon, mariée à l’Alpha de la meute de Woolsey, elle est désormais Mudjah et travaille avec le Dewan et le Potentat au Cabinet Fantôme de la reine Victoria. Une vague d’exorcisation touche Londres, les loups et vampires redeviennent humains, les fantômes disparaissent, et bien sûr, on soupçonne Alexia, étant la seule à posséder un tel pouvoir. Au moment moment, la meute entière rentre de campagne à l’étranger et se retrouve à camper dans le parc de Woolsey et Alexia se retrouve seule à devoir la gérer, son mari parti à la hâte régler une « affaire de famille » en Ecosse. Il se pourrait bien qu’Alexia ne se laisse pas faire aussi facilement. 

arabesque

Eh bien nous voilà de nouveau au coeur de la société londonienne de l’ère victorienne que j’adore tout particulièrement (j’ai l’impression de me répéter à chaque fois). Une société toujours parfaitement décrite, toujours si bien détaillée. L’auteur nous offre réellement ce petit plus So British qui fait de cette série une véritable pépite du genre, autant dans l’écriture que dans la manière d’agir des personnages. Ici, on se retrouve aussi dans un monde scientifique plus poussé que dans le premier tome. On entre réellement dans le vif du sujet avec l’évocation du point le plus important de la mythologie de l’auteur : l‘Ether qui représente l’air autour de nous (une notion disons plus métaphysique). J’avoue avoir parfois eu du mal à suivre. Le côté scientifique très poussé est difficile pour moi, mais je suis profondément anti-sciences, j’ai mon excuse. Néanmoins, on ne peut pas dire que l’auteur ne prend pas le temps d’expliquer le pouvoir du comment de cette nouvelle donnée, ce qui est plutôt un bon point.

Ce tome est l’occasion aussi d’entrer dans le vif du sujet : la communauté loups-garou. On avait vu précédemment que l’auteur réutilise les créatures dont nous avons l’habitude et rajoute sa sauce pour nous plonger dans un univers qui lui est propre. Ici, les loups sont bien évidement traités comme des sauvages, appréciateurs de la bagarre, plutôt du genre à agir puis à réfléchir. En Ecosse, c’est la même chose, en plus rustre. On en apprend aussi beaucoup plus sur la raison de départ de Conall d’Ecosse. Ce tome voit aussi l’apparition d’une autre créature : le fantôme. L’auteur réinvente complètement l’aspect du spectre pour notre plus grand plaisir : les espions 2.0. Presque mieux que les drones de notre cher Lord Akeldama. 

Entre la lutte entre les vampires et les loups qui commence à poindre son nef, les nombreuses révélations, les nouveaux personnages, ce tome à l’humour un peu moins mordant possède un rythme très dynamique. On ne s’arrête que pour profiter de petits moments tendres entre Alexia et Conall et ce n’est pas pour nous déplaire. Un tome qui nous offre une fin des plus atroces, tellement d’ailleurs que bien qu’ayant prévu à la base de lire un autre roman, je me suis vue obligée de le lire le thème suivant pour savoir ce qui allait se passer. C’est pour vous dire à quel point j’ai été emporté par l’intrigue !

arabesque

Ce tome c’est aussi l’occasion à certains personnages de se révéler et à d’autres d’entrer en scène.

Commençons par une Alexia qui devient plus alpha que jamais au contact de son mari, elle est plus autoritaire, elle sait ce qu’elle veut, toujours avec cet esprit si vif et son humour tordant. C’est réellement le caractère d’Alexia qui fait tout le cachet de cette série. On savoure aussi les moments qu’elle partage avec son mari, ils sont touchants et s’aiment réellement ce qui est … adorable. En outre, on découvre un Conall bien loin de l’alpha écossais rustre, il devient, dans l’intimité un homme tendre et amoureux, même s’il a toujours du mal à communiquer avec sa femme, ce qui risque de lui causer bien des problèmes. Si elle n’a pas les réponses qu’elle veut, Alexia part à la pêche, c’est bien connu !

Genièvre Lefoux est un des nouveaux personnages phares de ce tome. L’inventrice et modeuse française est une source intarissable de ressources et un soutien important pour notre paranormale. C’est une personnage à la personnalité intéressante et pétillante qui mérite d’être approfondi ! J’ai donc hâte de la découvrir dans les prochains tomes.

Enfin je vais parler de vampires et de loups : Lord Akeldama est vraiment un des personnages les plus intéressants : sa futilité apparente laisse place à une intelligence des plus affutée et un réseau de drones infiltrés dans toute la haute société londonienne et sources d’une quantité impressionnante d’informations sensibles ! Biffy son drone favori est aussi un personnage génial, avec une personnalité aussi pétillante que son maître. Enfin, j’apprends à connaître le Professeur Lyall, le Bêta de la meute qui se révèle être un bras droit avec de très nombreuses qualités, sur qui on peut compter, et très efficace ! Un très bon personnage !

arabesque

La plume de l’auteur est toujours aussi agréable à lire, on remarque de plus en plus la différence entre les loups et leurs manières un peu rustres et les femmes de la bonne société londonienne ! Je suis maintenant parfaitement habituée à la présentation des dialogues qui donne du dynamisme à l’histoire. J’adore cet aspect vraiment anglais et guidé ! 

arabesque

En résumé : encore un très bon tome que l’on savoure avec plaisir, un intrigue pleine de mystère et de complots politiques, d’amour et d’humour. Le tome nous offre dans l’ombre la présence toujours plus pressante d’Alessandro Tarabotti, le père d’Alexia et la pression du manque de connaissances sur les paranaturels qui est le point de pivot du prochain tome. Je vous recommande vraiment cette série, c’est un pur bonheur de lecture !


5 étoiles excellent


Les + : 

  • Les personnages
  • L’intrigue : mystères et complot
  • L’aspect historique

Les – : 

  • Les points scientifiques un peu trop compliqué pour moi !

 

Dans la même série : 

  1. Sans Âme
  2. Sans Forme
  3. Sans Honte
  4. Sans Coeur
  5. Sans Age

 

Et vous, qu’en avez-vous pensé ? 

Publicités

3 commentaires sur “[Chronique #41] Sous le Protectorat de l’Ombrelle, Une aventure d’Alexia Tarabotti, tome 2 – Sans Forme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s