Ciné·Lifestyle

[Ciné #14] Zootopie

zootopia-new-poster-disneys-zootopia-39116265-1015-1564

Coucou,

Après trois longs mois sans être aller au cinéma, je suis de retour dans ma section ciné avec un Disney, Zootopia. De base, je suis une grande amatrice de films d’animation. Et de plus en plus avec les très gros progrès que font les studios ces dernières années. On atteint pour moi, un vrai niveau de perfection avec Zootopia. Le petit nouveau de chez Disney, nous offre tout ce que l’on aime dans ce genre de film : une belle histoire, de l’espoir, de l’amitié, de belles valeurs et des références pas si cachées que cela à ses prédécesseurs. J’ai vraiment adoré ce film, que je conseille à tous ceux qui ne l’on pas encore vu !

Date de sortie : 17 février 2016 (1h 48min)
De : Byron Howard, Rich Moore…
Avec : Marie-Eugénie Maréchal, Alexis Victor, Pascal Elbé…
Genres : Animation, Famille, Comédie
Nationalité : Américain

Zootopia est une ville qui ne ressemble à aucune autre : seuls les animaux y habitent ! On y trouve des quartiers résidentiels élégants comme le très chic Sahara Square, et d’autres moins hospitaliers comme le glacial Tundratown. Dans cette incroyable métropole, chaque espèce animale cohabite avec les autres. Qu’on soit un immense éléphant ou une minuscule souris, tout le monde a sa place à Zootopia !
Lorsque Judy Hopps fait son entrée dans la police, elle découvre qu’il est bien difficile de s’imposer chez les gros durs en uniforme, surtout quand on est une adorable lapine. Bien décidée à faire ses preuves, Judy s’attaque à une épineuse affaire, même si cela l’oblige à faire équipe avec Nick Wilde, un renard à la langue bien pendue et véritable virtuose de l’arnaque …


Mon avis : j’ai toujours adoré les Disney depuis des années, j’ai été baignée, comme tous ceux de ma génération dans cet univers, avec comme références les plus anciens. Après une longue période de pause, je me replonge avec grand plaisir dans ce royaume aux mille merveilles. Il y a quelques années, ils ont décidé de ne plus créer de princesse pour se concentrer sur d’autres domaines, avec Zootopia, c’est un véritable petit chef-d’œuvre. Le film est très complet, nous offre les belles valeurs que l’on aime tant retrouver chez Disney et qui d’ailleurs plait autant aux enfants qu’aux grands. La preuve : trois grands enfants se sont retrouvés ensemble pour ce film d’animation qui a tout d’un grand.

Les proies et les prédateurs vivent en harmonie depuis bien longtemps sur la Terre, ils ont choisi de vivre de manière civilisée et intelligente et de bâtir une ville représentant ces nouvelles platitudes, la mégalopole de Zootopia. Dans cette ville séparée en cinq quartiers (La Toundra, le Désert, la Forêt tropicale, les terriers et le centre-ville), les animaux essaient de sauvegarder cette entente qui peut à tout moment basculer. Une petite lapine nommée Juddy Hoppes rêve depuis toute petite de devenir policier à Zootopia, mais aucun lapin n’est jamais devenu policier. Pourquoi ? Ils sont beaucoup trop petits. Elle va tout faire pour réaliser son rêve, major de promo, elle arrive à Zootopia les rêves pleins la tête. Elle déchante très rapidement, son chef ne veut pas d’elle et l’envoie jouer les pervenches. Elle veut une enquête, et pour cela, elle forcera la main de son chef, qui lui donnera deux jours, au risque de perdre son insigne. Elle devra s’associer avec… un renard. Eh oui, ces êtres vils et vicieux pour réussir son enquête. On comprend facilement qu’il faut passer au-delà des préjugés !

arabesque

Disney nous offre un film moderne, plein de couleurs et d’espoir avec Zootopia. Dans un premier temps, je voulais vraiment parler du monde créer par les studios. Il faut être honnête, il est vraiment incroyable. J’ai adoré le fait que chaque espèce ait sa place, les espaces sont adaptés, et ce, quelle que soit leur taille. La modélisation est vraiment incroyable, remplacez les animaux par des hommes, cela pourrait tout à fait être une réplique de notre monde, avec ses bons et ses mauvais côtés.

Il n’y a pas que le monde, il faut dire que le scénario est aussi très bien fait. J’ai été d’ailleurs assez surprise de ce scénario qui a tout d’un grand, outre le rôle des personnages sur lequel je reviendrais un peu plus tard, on trouve aussi beaucoup d’action, de rebondissements, entre fausses pistes et retournement de situation, il y a très peu de moments de pause. C’est pour cela que le film est tout aussi adapté aux petits qu’aux grands. On retrouve beaucoup de références tant sur les anciens Disney (La Reine des Neiges en prend pour son grade), mais aussi des clins d’œil un peu plus réservés aux adultes, comme le Parrain. J’ai aussi beaucoup apprécié la remise en cause évidente de la société, les paresseux à l’administration, les hamsters comme agents de bureau, les brutes comme policiers. Ils jouent sur les clichés et les stéréotypes et nous montrent une fois de plus que l’habit ne fait pas le moine, que l’on peut très bien être différent que ce que la société veut de nous, ce n’est pas pour autant que nous sommes des marginaux.

C’est donc un policier rythmé qui allie action, et ce que l’on aime le plus chez Disney, les émotions. Oui, j’ai versé ma petite larme dès les premières minutes du film. Les Studios cultivent cette faculté depuis des années de nous transmettre des émotions. Entre humour et scènes plus graves avec une véritable remise en question des personnages (sans l’aspect trop mélodramatique), le film nous offre une belle palette d’émotion qui peut convenir à tout un chacun.

La fin est plutôt surprenante, pleine d’humour, d’émotions et surtout un beau tremplin pour un deux. J’espère une histoire d’amour, qui aurait pour moi été la conclusion parfaite, mais non, il ne faut pas pousser mémé dans les orties. Peut-être pour plus tard. En attendant, c’est sur une très belle histoire d’amitié que se conclut ce film.

arabesque

Je ne vais pas m’attarder très longtemps sur les personnages. Je garde en tête surtout Juddy et Nick. Pour notre lapine, on a devant nous un personnage, vif, plein de bonne humeur, qui nous montre qu’on peut toujours réaliser nos rêves, mais que pour cela, il faut travailler dur. Elle essaie de voir au-delà de tout ce qu’on lui a inculqué toute sa vie et de devenir la meilleure des policières possibles. Nick lui, est le stéréotype de sa race, malin, futé, plein de ruse. Bien sûr, il ne faut pas s’arrêter à cela. On se rend vite compte que derrière le personnage se trouve un renard un peu différent, loin de l’image du prédateur sans cœur, il doit vivre avec une image qui ne lui correspond pas. Il est différent, mais ne sait pas comment le montrer. Pour ma part, il est le personnage le plus intéressant du film.

arabesque

En résumé : c’est un petit chef-d’œuvre que nous propose Disney pour son 116e film d’animation. Eh oui, déjà ! Ce film est une très belle satire de notre société tout en sous-entendu, jeu sur les stéréotypes, mais une image parfaite, notamment dans l’éducation des enfants. En effet, il traite aussi de l’effet des médias sur la population, des manipulations et des dangers que représentent les préjugés sur des populations, comme sur les questions de terrorisme. Et j’ai trouvé que c’était une belle manière d’expliquer ces problématiques aux enfants, le tout, masqué habilement derrière une très belle histoire d’amitié.


coup_de_coeur_best_of1


Les + :

  • Les personnages
  • L’histoire
  • L’univers
  • Les références

Les — :

  • Juste pour trouver quelque chose : il me manque les belles musiques. La chanson de Shakira nous offre un goût de trop peu !!!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s