[Chronique #52] Les Anges ont la Mort aux Trousses

les-anges-ont-la-mort-aux-trousses-743267-250-4001

  • Auteurs : Sophie Jomain et Maxime Gillio
  • Editions : Rebelle
  • Sortie le 17 Mars 2016, 9€, 130 pages
  • Thèmes : Fantastique, Zombies, Satan, romance paranormale
  • 4e de couverture : « Si je vous dis que je viens de rencontrer un zombie, vous me croyez ? Remarquez, je ne suis plus à ça près. Sauf que celui-ci est quand même d’un genre particulier. Odieux, macho et… intelligent. C’est bien ma veine !
    J’aurais beaucoup à dire sur Orcus Morrigan, mais il n’y a pourtant qu’une seule chose à retenir : pas de bras, pas de pancréas ! Information donnée à toutes fins utiles. Faites-en ce que vous voulez ! Mais si vous le croisez un jour… pensez-y. »

Mon avis : ce petit roman était la suite logique à la lecture des Felicity Atcock, et un bon moyen d’attendre la sortie du prochain tome en poche. Cette écriture à quatre mains est grandiose. Déjà parce qu’elle nous permet un inédit des plus divertissant, mais en plus, elle permet de découvrir avec délectation l’univers de Maxime Gillio et d’Orcus Morrigan. Beaucoup de rires et d’humour, voilà ce que je retiens tout particulièrement de cette lecture.

Felicity n’a plus de nouvelle de Greg qui périclite depuis l’histoire des Ozibuth. Elle lui rend donc visite, mais elle n’est pas la seule. Dans les parages, rode Orcus Morrigan, un zombie qui travaille comme chasseur de prime zombiesque. Felicity, comme à son habitude va se mêlée de choses qui la dépasse et voilà Orcus, son langage de camionneur, ses manières bourrues obligées de les protéger, elle et futur Adam d’un zombie Greg bien trop puissant que ce qu’il devrait normalement être, qui a juré de se venger de ce qui les sorcières lui ont fait. Comme ci c’était de la faute de Féli ? 

arabesque

Les Anges ont la Mort aux Trousses est un Crossover de Felicity Atcock, la série de Sophie Jomain. Dans cette nouvelle, qui se situe entre le troisième et le quatrième tome, on savoure une histoire complètement décalée, bien loin de l’univers habituel de Felicity et pourtant, on retrouve bien ce liant qui nous fait adorer la série.

C’est donc un tome à l’histoire très rapide, très dynamique, menée par une double rédaction, d’un côté les passages avec Felicity comme personnage principal, et de l’autre ceux avec Orcus Morrigan. On découvre ici les Zombies, les nouveaux venus dans l’univers construit par Sophie Jomain. Les zombies sont placés comme les hommes de main de Satan, contrôlés par des généraux, eux aussi zombies, tel Orcus, qui semblent avoir gardé leurs capacités de discernement.

On découvre aussi un Satan qui se veut tout puissant, on le remarque dans une fin bien particulière, presque amère, comme toujours avec Sophie Jomain qui a le don de nous offrir des cliffhangers toujours plus fort. Au moins, elle sait nous donner l’envie de lire le tome suivant.

arabesque

Chez Sophie, Felicity est égale à elle-même, on retrouve le personnage que l’on aime tant, ce qui nous encre bien dans l’histoire. Enceinte de sept mois, elle trouve toujours le courage de faire face aux problèmes qui surviennent avec toujours autant de courage. Et ceux, même lorsqu’elle doit sauver sa meilleure amie d’une attaque de centaines de zombies qui en veulent à son cerveau.

Orcus lui, est un véritable phénomène ; ses manières bien rentrent dedans, son langage, sa manière de se moquer de tout et de tout le monde. Être un zombie, à la solde de Satan, l’immortalité à vivre dans un bain pour contrecarrer le pourrissement de ses chairs. Même malgré ses défauts qui pourraient en dégoutter beaucoup, on apprend très rapidement à l’apprécié. Il y a été pour moi une très belle découverte.

arabesque

Avec ce double point de vue, on profite pleinement du talent des deux auteurs. Quatre mains, deux styles, deux univers totalement différents, mais qui se complètent parfaitement dans cette association. Le tout, saupoudré une très grosse dose d’humour, de sarcasme, de blagues salaces et j’adore ! J’ai ri, du début à la fin de ce tome, un vrai bonheur.

arabesque

En résumé : j’ai adoré chacune des pages de ce tome, c’est un véritable plaisir des yeux qui permet d’attendre la sortie des prochains tomes avec plus ou moins d’impatience. J’ai découvert un nouvel auteur des plus talentueux que j’ai vraiment hâte de lire avec Manhattan Carnage, une aventure d’Orcus Morrigan. Pour les amateurs de Felicity (et autres) ; je vous conseille vraiment cette petite lecture.


Excellente lecture


Les + :

  • Les personnages
  • L’humour
  • L’écriture à quatre mains

Les — :

  • Un tome trop petit, on en veut plus  !!!
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s