[Chronique #63] Le Protectorat de l’Ombrelle, une aventure d’Alexia Tarabotti, tome 4 – Sans Coeur

le-protectorat-de-l-ombrelle-une-aventure-d-alexia-tarabotti-tome-4-sans-coeur-412260-250-400

  • Auteur : Gail Carriger
  • Editeur : Le Livre de Poche / Orbit
  • Sortie en Mars 2014, 445 pages, 7.1€
  • Thèmes : Steampunk, sans âme, vampires, loups, Londres victorienne
  • 4e de couverture : « Lady Alexia Maccon a de nouveau des problèmes.
    Sauf que cette fois, elle n’y est vraiment pour rien.
    Un fantôme fou menace la reine! Alexia mène l’enquête… jusque dans le passé de son époux. Pendant ce temps, sa soeur rejoint le mouvement des suffragettes, Madame Lefoux met au point sa dernière invention mécanique et des porcs-épics zombies envahissent Londres, le tout une nuit de pleine lune.
    Alexia découvrira-t-elle qui tente d’assassiner la reine Victoria avant qu’il ne soit trop tard? Loups-garous et Vampires verront-ils le soleil se lever?
    Et qui ou quoi, exactement, a élu résidence dans le deuxième dressing préféré de Lord Akeldama? »

Mon avis

Voilà quelque temps maintenant que je n’avais pas lu la suite des aventures d’Alexia Tarabotti, j’ai donc profité d’une petite pause lecture afin de lire le quatrième tome. Après les choses incroyables qui sont arrivées à Alexia durant ce troisième tome et les nombreuses choses que l’on a apprises sur les Sans Âmes, je n’avais pas vraiment d’idées sur ce que l’on pouvait trouver. Je n’ai pas été déçue. Une Alexia, enceinte de huit mois, de l’humour, des vampires et des loups-garous, des aventures rocambolesques et une Londres victorienne des plus attractives, que demander de plus ?

Alexia est revenue dans les bonnes grâces de la Reine après le malheureux incident qui l’a conduite en Italie. Enceinte de huit mois, Alexia reçoit la visite d’un fantôme non loin de la Disparition Graduelle. Complètement folle, elle lui annonce un complot contre la Reine. Elle se lance alors lorsqu’une chasse aux informations, cherchant dans le passé des réponses aux questions qui pourraient sauver la vie de la Reine. Mais ce n’est jamais bon de fouiller le passé. Il se pourrait qu’elle découvre des choses qui ne chamboulent sa vie. 

88059071.18.jpg

Une nouvelle intrigue pleine de découvertes et de rebondissements

Eh bien nous qui voulions des rebondissements, des révélations, et bien nous n’en manquons pas dans ce tome. Très rapidement, les choses s’enveniment pour Alexia, entre les différentes tentatives d’assassinat contre sa petite personne, l’arrivée plus qu’imminente du désagrément embryonnaire, le retour de sa sœur dans sa vie et la menace qui pèse sur la Reine, elle a beaucoup de choses à faire.

Le rythme du roman est soutenu, l’action elle commence dès le début de l’intrigue. C’est d’ailleurs une des choses les plus agréables avec Gail Carriger, on ne s’ennuie jamais ! On s’amuse, on profite, on vivre avec les personnages, mais jamais on ne s’ennuie. Entre les Vampires, les Loups, les Fantômes, nous avons réellement de quoi faire. Et, cerise sur le gâteau (ou sur le pouding, nous sommes en Angleterre après tout), nous avons enfin des petits détails croustillants et inédits à nous mettre sous la dent ! Joie ! Les pièces du puzzle géant se mettent en place, et l’on sent que l’on arrive à la fin de la série.

L’intrigue assez complexe et bien menée amène Alexia à déterrer les secrets de ceux qu’elle aime le plus au monde afin de pouvoir sauver la Reine. Des secrets que certains auraient bien préféré garder enterrés, six pieds sous terre. D’ailleurs, roulement de tambours, nous avons enfin des informations un peu plus complètes sur Alessandro Tarabotti. Le Père d’Alexia reste un grand mystère pour nous, et pour elle, mais certains détails nous laisse comprendre qu’elle importance il a pu avoir pour certains des personnages du roman.

J’ai adoré la solidarité qui s’est organisée autour d’Alexia, sa propre meute. La naissance du Protectorat de l’Ombrelle comme société secrète d’espionnage avec comme agent la plus improbable Ivy, son mari ou encore Biffy (une sorte de mission particulière, l’ancien drone ne supportant pas du tout sa transformation en loup). Les actions s’enchaînent avec fluidité et toujours plus abracadabrantes les unes des autres, forçant une Alexia de moins en moins mobile à courir dans le tout Londres Nocturne afin de sauver les fesses de personnes ne l’ayant pas forcément mérités. Même enceinte, elle reste le Mujah de la Reine et respect son engagement au-delà de tout.

La fin quant à elle est surprenante, dans la lignée de tout ce que l’on a pu voir avant, ce qui nous promet un dernier tome plein de surprise, que j’aie vraiment hâte de pouvoir lire la suite et de voir grandir la jolie et surprenante Prudence.

88059071.18.jpg

Plus que des personnages, des relations qui s’épanouissent dans le temps

Je ne vais pas m’attarder sur les personnages que l’on connait maintenant par cœur, mais plus sur les relations entre eux.

Commençons par Conall et Alexia. Si ce dernier a été complètement absent du dernier tome, il est maintenant là, toujours aussi bougon, tendre avec sa femme (dont il a l’air de beaucoup apprécier l’état) et intraitable et protectrice avec sa meute. Alexia, reste égale à elle-même, prise d’une conscience maternelle toute nouvelle, rien de l’arrête, comme toujours, elle n’en fait qu’à sa tête, et c’est ce que l’on aime chez elle. Elle possède, malgré son manque d’âme une capacité à attirer les gens autour d’elle, comme Geneviève (qui est beaucoup moins présente dans ce tome) ou encore Ivy.

Lord Akeldama est pour moi, l’un des personnages les plus importants de cette série, je suis absolument fan de sa manière de se comporter, d’interagir avec les autres. C’est pour moi, un des pivots de l’histoire. Le plus adorable reste sa relation avec Biffy. L’amour qu’il lui porte est si beau, que je rêve de les voir franchir la barrière des espèces et vivre une véritable histoire d’amour.

88059071.18.jpg

Bien sûr, que serait le Protectorat de l’Ombrelle sans la plume fluide et so British de son auteure ? Je retrouve avec plaisir l’humour caractéristique de la série qui avait légèrement disparu durant le dernier tome. Bref, je suis totalement fan, et je pense le rester encore un bon moment.

88059071.18.jpg

En résumé

Un tome drôle, émouvant, plein de découvertes et de rebondissements. Une belle suite qui nous promet une fin en grande pompe. Je suis un peu triste de devoir dire bientôt adieu à ces personnages que j’ai tant aimés. Je suis cependant contente de pouvoir compter sur les spin-off de l’auteure pour continuer de profiter de sa plume et de son univers. Vite, vite, la suite !!!


Excellente lecture


Les + :

  • Le rythme
  • Le steampunk toujours plus important
  • Les relations entre les personnages

Les — :

  • C’est trooooop court !!!

Du même auteur  :

Sous le Protectorat de l’Ombrelle, une Aventure d’Alexia Tarabotti

  1. Sans Âme
  2. Sans Forme
  3. Sans Honte
  4. Sans Coeur
  5. Sans Age

Le Pensionnat de Mlle Géraldine

  1. Etiquette & Espionnage
  2. Corsets & Complots
  3. Jupons & Poisons
  4. Artifices & Arbalètes

The Custard Protocol

  1. Prudence
  2. Imprudence
Publicités

2 réflexions sur “[Chronique #63] Le Protectorat de l’Ombrelle, une aventure d’Alexia Tarabotti, tome 4 – Sans Coeur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s