La Fille des Terres Sauvages – Chapitre 1

ab7f890f734b4d7a914facce314d69ac

Cette histoire prend ses racines dans un village de pêcheur à la pointe du Finistère. Le Conquet. C’est ici que vit Kayla O’Callagan, une jeune Franco-Irlandaise un peu excentrique. Elle passait ses vacances dans la maison qui avait appartenu à son arrière-grand-mère, une sorcière très puissante du nom de Maryann Lynn. Son arbre généalogique était quelque peu compliqué : née à Toulouse il y a de cela vingt-cinq ans, elle avait vécu dans une espèce de monde parallèle jusqu’à ses seize ans. Ce jour-là, elle décida de s’émanciper et de revenir dans le monde des humains. Elle était le fruit de ses parents humains et non de ses parents Terrians. Pour faire simple, ses parents étaient deux humains, l’un né en banlieue parisienne et l’autre en Irlande. Il s’est aussi avéré qu’ils étaient la réincarnation de personnes ayant vécu plusieurs centaines d’années auparavant venues pour faire renaître la grandeur passée d’un royaume se trouvant dans ce fameux monde parallèle, la Terria. Et ceux, comme tous les autres membres de sa famille, jusqu’à ses cousins. Ils étaient tous nés dans cet ancien temps, avant de mourir et de renaître. Tous, sauf elle.

Elle était la fille de Nate et Elena et non de Léandre et Theodora et cela faisait une très grande différence. Elle n’avait pas hérité de pouvoirs Terrians, mais uniquement de pouvoirs humains, elle ne se sentait donc pas à sa place dans la Roseraie, le royaume de ses parents. Quand elle prit la décision de partir, son père l’avait renié. Elle n’avait plus sa place dans ce royaume, aujourd’hui encore moins qu’avant. Et pourtant, elle se languissait souvent de l’absence de ses proches auprès d’elle. Cela faisait maintenant dix ans qu’elle vivait seule. Oh, elle avait bien ses deux tantes Ambre et Amélia et son grand-père Édouard, mais que vaut l’amour de ses parents ? Elle avait appris à faire avec, c’était sa décision après tout. Et d’ailleurs, cette histoire ne traite pas de ses regrets, elle n’en avait guère. Non, il est plutôt question de la vie qu’elle mène aujourd’hui. Lire la suite